Quel traitement pour évacuer les calculs rénaux ?

Les calculs rénaux sont de plus en plus récurrents de nos jours, et il convient d’avoir une bonne connaissance des traitements possible afin de pouvoir adopter les bons comportements face à la maladie. Si vous êtes dans le cas vous-mêmes ou l’un de vos proches, cet article vous dit avec précision les différents traitements possibles pour guérir un calcul rénal.

Une bonne hydratation

Boire beaucoup d’eau est généralement admis comme le premier réflexe qu’il faut avoir lorsqu’on confirme la présence de pierre dans les reins et les voies urinaires. En théorie, cela devrait augmenter la quantité et la fréquence des urines, et par ricochet faciliter l’évacuation des calculs. Et pourtant, cela est bien relatif et pourrait bien être fortement déconseillé dans certains cas, en l’occurrence lorsque le patient souffre de colique néphrétique.

Lorsque les calculs sont d’assez grande taille et bloquent le passage de l’urine, boire beaucoup d’eau comporte un risque élevé pour la vessie. En effet, en cas d’obstruction de la voie urinaire, l’augmentation de la consommation d’eau entraîne également l’augmentation de la quantité d’urine retenue dans la vessie. Ainsi, le patient est exposé à de plus grands problèmes dus à l’accroissement de la pression dans la vessie.

Par conséquent, la technique d’évacuation spontanée des calculs rénaux par la surconsommation d’eau est efficace pour les calculs de petit diamètre (généralement inférieur à 5 mm) qui n’obstruent pas les voies urinaires. Avec les pierres de grande taille, l’hydratation intervient après la fragmentation des calculs, afin de faciliter et d’accélérer leur drainage par l’urine. Il est donc conseillé de consulter un urologue et de suivre scrupuleusement ses recommandations.

Lisez aussi   Utilisation responsable de l’amoxicilline 500 mg : ce que tout parent doit savoir

Les anti-inflammatoires pour soulager la douleur

Les anti-inflammatoires sont indispensables dans le traitement de calculs rénaux et permettent de soulager les douleurs provoquées par la colique néphrétique. Il s’agit précisément des anti-inflammatoires non stéroïdiens dont l’action permet de restaurer le confort quotidien des patients. Lorsque la douleur est trop forte, les AINS peuvent être associés ou remplacés par des opioïdes ou des opiacés sur recommandation de l’urologue.

L’élimination des calculs

Le traitement de calcul rénal par l’élimination des pierres est l’ultime recours dans le traitement de la maladie. Il intervient lorsque l’évacuation spontanée échoue, ou lorsque la pierre est trop grande pour descendre toute seule par les voies urinaires naturelles, et il en existe plusieurs formes.

La lithotritie

Elle est basée sur la fragmentation des pierres à l’aide d’onde de choc produite par un générateur sonore bien orientée sur la position exacte des calculs localisés grâce au système de repérage du lithotripteur. Après la fragmentation les débris de calculs sont expulsés par l’urine, et dans ce cas, bien s’hydrater s’avère indispensable pour faciliter le processus.

Urétéroscopie

L’urétéro-scopie pour évacuer les pierres dans la vessie ou l’urètre consiste à introduire un urétéroscope dans l’urètre afin de prélever les petits résidus de calculs qui se cachent dans la zone inférieure de l’uretère. Déjà fragmentés au laser, les calculs sont ensuite extraits à l’aide de l’urétéroscpoe, ou tout simplement drainés par les urines.

La néphrolithotomie percutanée

La néphrolithotomie percutanée est une opération par laquelle les calculs sont retirés via une petite incision réalisée dans le dos du patient. Un tube équipé de caméra est alors introduit pour permettre la visualisation télescopique et pourrait également servir à drainer les résidus de calcul.

Lisez aussi   Comment guérir une parodontite ?

Autres traitements pour extraire les calculs rénaux

En dehors de ces pratiques courantes, d’autres options existent encore pour la colique néphrétique et les calculs rénaux. On pourrait alors penser à :

  • Procéder à une ablation par chirurgie endoscopique ;
  • Faire dissoudre les calculs en augmentant le taux d’alcalinité de l’urine ;

Court-circuiter le calcul à l’aide de stent urétral pour permettre le passage des urines.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *